Parlons visibilité. Pignon sur rue.

Bien sûr, il y a plusieurs choses à vérifier lorsque l’on part une nouvelle entreprise.

Votre marque, logo, cartes professionnelles, publicité et enseigne…

Mais lorsque l’on doit avoir pignon sur rue que devons-nous regarder ? Et quoi devons-nous prendre en considération ?

Imaginons M. Le Quincaillier.

Que doit-il regarder pour son local ?

En quincaillerie, nous pouvons facilement penser que de grosses boîtes seront achetées. Un deuxième étage sans ascenseur n’est sûrement pas la meilleure idée. Donc un rez-de-chaussée serait l’idéal pour ne pas dire obligatoire !

Toujours avec l’idée de grosses boîtes, un stationnement est aussi recommandé.

Gardez à l’esprit qu’il faut facilité la vie à votre clientèle et la meilleure façon d’y arriver est de se mettre à sa place comme acheteur de vos produits.

OK, imaginons Mme La Coiffeuse.

Un salon de coiffure dans un parc industriel ne serait pas la meilleure chose à faire, mais dans le cœur d’une ville ou d’un petit village serait parfait.

Un centre commercial également serait grandement à envisager.

Avez-vous pensé au permis ?

Dans plusieurs villes et villages, vous devez avoir l’approbation de votre municipalité afin d’exercer votre profession ou d’implanter votre commerce.

Planifier sa recherche de local est primordial. Une fois que celui-ci sera trouvé et que vous aurez signé le bail, voici quelques conseils :

Avant de demander à un graphiste de vous faire quoi que ce soit comme affichage extérieur et intérieur, il vous faudra vérifier avec la ville la réglementation sur l’affichage extérieur et intérieur de votre commerce en fonction de son emplacement. Oui, car la réglementation diffère d’une ville à l’autre et d’un secteur à l’autre d’une même ville.

Vérifier avec votre propriétaire ce qu’il vous accorde comme droit sur les ajouts d’enseigne ou autre sur la bâtisse. Car ce n’est pas parce que la ville octroie une permission d’affichage que le proprio est d’accord et vice et versa.

Je vous dis cela en expérience de cause. Mon client voulait une grande enseigne sur le bord de la route, mais la réglementation lui accordait seulement un pied carré pour son enseigne posé sur la façade de sa maison. De même, ma cliente voulait un gros lettrage dans ses vitres en plus de son enseigne, elle n’avait pas le droit à plus de 25 % de la grandeur de sa vitre.

En vous informant auprès des autorités avant de faire affaire avec un graphiste, vous vous évitez des frais astronomiques de graphisme et/ou d’impression si jamais vous ne faites aucune vérification d’usage avant de faire tout cela.

Vous avez besoin d’aide ? Je suis là pour vous aider. Appelez-moi !!

Sylvie

Share This